Des exemples précis d'âgisme

Des exemples précis d'âgisme

Afin de mieux comprendre ce qu'est « faire de l'âgisme », en voici quelques exemples précis, de façon générale et selon différents types de milieux.

Manifestations d'âgisme, autant positives que négatives :

  • Les personnes âgées sont dépendantes, vulnérables, coûteuses, dangereuses, faibles, intransigeantes, inutiles, incapables, malades, technophobes, sourdes, radoteuses, chanceuses car elles vont toutes profiter de « Liberté 55 », des éléments qui ne rapportent rien à la société, etc.
     
  • Les personnes âgées sont sages, fiables, loyales, riches, généreuses, toujours disponibles, toujours en voyage, etc.
     
  • Les aînés sont de bons mentors, des transmetteurs de l'histoire, etc.
     
  • Les aînés aiment les enfants et sont tous de merveilleux grands-parents.

Spécifiques aux milieux de vie :

  • Dire « Oh, comme elle est cute! » en voyant une femme âgée faire quelque chose que ferait une femme plus jeune (ex. : s'amuser, embrasser un homme).
     
  • Considérer les personnes âgées comme étant non attrayantes à cause de leur apparence physique (ex. : peau lâche, rides, cheveux gris, embonpoint autour des hanches).
     
  • Avoir tendance à parler à une personne âgée en l'appelant « ma p'tite madame » ou « mon p'tit monsieur ».
     
  • Avoir déjà présumé que les conducteurs âgés conduisent lentement.
     
  • Croire que les personnes âgées sont toutes « des vieux » ou « des vieilles ».
     
  • Parler plus fort à une personne âgée en supposant qu'elle doit nécessairement mal entendre.

Spécifiques aux milieux de travail :

  • Présumer que les travailleurs plus âgés prennent la place des plus jeunes.
     
  • Croire que les travailleurs plus âgés sont plus souvent malades.
     
  • Penser que les travailleurs de 50 ans et plus sont moins performants et plus résistants aux changements et aux nouvelles technologies.
     
  • Penser que les travailleurs âgés sont plus lents et plus sujets à oublier.
     
  • Croire que les jeunes ne sont pas intéressés par l'expérience des plus vieux.
     
  • Croire que les jeunes travailleurs ne pensent qu'à leur qualité de vie.
     
  • Croire que les travailleurs séniors sont moins flexibles, moins motivés et qu'ils sont obnubilés par la retraite.
     
  • Exclure les travailleurs de 50 ans et plus des formations en nouvelles technologies.
     
  • Manifester de l'impatience lorsque les travailleurs âgés tardent à prendre leur retraite.
     
  • Étiqueter un employé ou un candidat comme « trop vieux » ou « trop jeune » pour occuper un poste.
     

Spécifiques aux médias :

  • Présenter de façon catastrophique la réalité démographique d'une société vieillissante (tsunami gris, fardeau pour la société, péril gris, menace pour l'avenir, etc.).
     
  • Se moquer du vieillissement des personnes afin de satisfaire un objectif publicitaire (ex. : laisser sous-entendre qu'une certaine marque de véhicule n'est pas faite pour « des vieux »).
     
  • Accorder peu de place aux personnes qui vieillissent bien (la grande majorité) ni à la promotion du « bien-vieillir ».
     
  • Produire dans les journaux et à la télévision une image trop dichotomique : la jeunesse, c'est bien et souhaitable alors que la vieillesse, c'est mal et à éviter!
     
  • Donner dans les médias une vision idéalisée des retraités, les présentant comme tous aisés financièrement, migrant vers des destinations chaudes et ne prenant que du bon temps.